Jeunes ambassadeurs de paix économique

Le 7 décembre dernier s’est tenu la célébration des Trophées de la Paix économique à l’Ecole de management de Grenoble. Organisé tous les ans par la chaire de paix économique, partenaire de Pax Christi, il s’agit d’un rendez-vous majeur pour réfléchir au lien entre l’économie et la paix, aux différentes manières dont les chefs d’entreprises et les professeurs de management se saisissent de cette question et tentent d’ouvrir des voies alternatives à la bien connue guerre économique.
Bien vivre ensemble

Comme l’a mentionné Dominique Steiler, titulaire de la chaire – devenue chaire UNESCO au mois de juin dernier – en introduisant la journée, « la question de la paix et de la paix économique n’a qu’un objet : la vie ensemble ». Comment mener cette vie ensemble, et comment incarner cette vision que la paix est possible dans toutes les sphères de notre vie commune, incluant les aspects économiques ? C’est à ces questions que la chaire s’efforce de répondre avec l’appui d’un réseau international de chercheurs et de dirigeants engagés. La chaire agit pour une réduction de la violence en s’investissant dans quatre domaines de réflexion fondamentaux : la paix intérieure (nécessaire à l’épanouissement de chaque individu), le bien-être au travail (avec une attention particulière sur la paix relationnelle entre collègues et les processus internes à l’entreprise), la paix entre parties prenantes (fournisseurs, employés, associations, communes, chercheurs etc) et dans la réduction de la violence dans les contrats d’affaires internationaux.

La question de la paix et de la paix économique n’a qu’un objet : la vie ensemble. »

Une éducation à la paix et au bien vivre

Invitée de cette journée, Fiona Ottaviani, coordinatrice de recherche au sein de la chaire, a rappelé que « la plupart des choses qui importent ne peuvent se résumer à du capital et à une mesure économique » et notamment en termes d’éducation. Elle a expliqué que l’enjeu de développer une culture de paix économique ne signifiait pas « de renoncer à une bonne vie, mais à une conception de la richesse déconnectée des besoins, au profit d’une éducation à la paix et au bien vivre ».

Le projet jeunes ambassadeurs de paix économique

Au cours de l’après-midi, Hervé Dory, responsable de la commission « Dialogue et Education à la paix », et Bérengère Savelieff, chargée d’éducation à la paix, ont été invités à témoigner lors d’un atelier pour évoquer les conclusions tirées du projet « jeunes ambassadeurs de paix économique » mené en 2022-2023 – en partenariat avec la chaire – auprès d’un échantillon d’étudiants en classes préparatoires au sein d’un lycée parisien.

Modéré par le chercheur Fabien Moreau, l’atelier a développé des pistes de réflexion pour répondre à la question « à quoi les jeunes veulent-ils contribuer ? ».

Multiplier les projets

Deux autres invités, Virginie Sonjon, adjointe à la petite enfance et à la jeunesse de la commune de Montbonnot Saint martin ainsi que Jérôme Poulet, Directeur des accueils de loisirs Escapade et Escale de la ville de Montbonnot, ont pu également partager sur un projet de sensibilisation à la paix économique réalisé auprès d’un groupe de pré-adolescents (11-13 ans).

Tout au long de la journée, il a été rappelé l’importance du développement des compétences psychosociales dès le plus jeune âge pour apprendre cette culture de paix et pouvoir ensuite la vivre et la projeter dans les rapports personnels et professionnels en entreprise.

Bérengère Savélieff,

Chargée de projet éducation à la paix