76 ans : Déclaration en commémoration des attentats d’Hiroshima et de Nagasaki

En ces jours solennels des 6 et 9 août 2021, nous commémorons les hommes, les femmes et les enfants du Japon qui ont péri lorsque les États-Unis ont utilisé des bombes atomiques contre les villes d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945. Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées dans les premières explosions et bien d’autres mourraient plus tard ou tomberaient malades à cause des radiations. En tant que mouvement de paix, nous considérons cette première utilisation d’armes nucléaires comme l’un des événements les plus dévastateurs de l’histoire et un signal d’alarme pour l’humanité.

Cette année, enfin, les nations du monde entier prennent des mesures concertées pour interdire les armes nucléaires. Le témoignage infatigable des survivants de 1945 a contribué à inspirer les gouvernements et les organisations de la société civile à lutter pour le nouveau Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires qui est entré en vigueur le 22 janvier de cette année. C’est vraiment une étape importante que les armes nucléaires aient finalement été interdites en vertu du droit international et une étape importante pour s’assurer que les atrocités qui se sont produites au Japon ne se reproduiront plus jamais.

Alors que nous nous souvenons des victimes des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, Pax Christi International appelle les gouvernements à procéder rapidement à la signature, à la ratification et à la mise en œuvre du traité d’interdiction nucléaire. 55 États y ont déjà adhéré. L’Autriche accueille la première réunion des États-parties en janvier de l’année prochaine. Le nouveau traité permet à tous les pays de s’unir pour mettre fin à la menace catastrophique qui plane sur le monde depuis les bombardements atomiques de 1945. Les premières mesures concrètes du traité comprennent l’assistance aux victimes des essais nucléaires et la restauration des sites d’essais contaminés.

Que cette commémoration nous donne la force et la persévérance – avec les survivants d’Hibakusha, les chefs religieux, les organisations pour la paix, les militants, les décideurs politiques et d’autres personnes dans le monde – de poursuivre notre travail pour le désarmement nucléaire et pour la justice pour les personnes touchées par les tragédies nucléaires depuis les attentats d’Hiroshima et de Nagasaki.

Menu