Solidarité avec le peuple d’Irak

Déclaration de la délégation de Pax Christi International en Irak

Une délégation de Pax Christi International s’est rendue en Irak, chaleureusement accueillie et soutenue par le Patriarche, le Cardinal Emmanuel Delly, Mgr Rabban Al-Kass, évêque chaldéen d’Amadya-Shamkan et Erbil, Mgr Louis Sako, évêque chaldéen de Kirkouk, Mgr Georges Casmoussa, évêque syriaque de Mossoul et Qaraqosh, le Père Nageeb Mikail, OP, le séminaire chaldéen d’Erbil et un grand nombre d’autorités religieuses et de représentants de la société civile du Kurdistan.

La délégation était composée de la co-présidente de Pax Christi International Marie Dennis; Mgr Thomas Gumbleton, Pax Christi USA ; Christine Hoffman, Secrétaire Générale de Pax Christi Allemagne ; Wiltrud Rösch-Metzler, porte parole de la Commission Moyen Orient Allemagne ; Don Renato Sacco, PaxChristi Italie ; Mgr Marc Stenger , Président de Pax Christi France ; et Katrien Hertog, du secrétariat de Pax Christi International Bruxelles.

Du 10 au 17 septembre, la délégation s’est rendue dans les provinces de Kirkouk,  Mossoul, Erbil et Dohouk. Il lui a été impossible de faire la visite prévue à Bagdad.

La situation du peuple irakien est fort incertaine et l’on peut s’attendre à un regain de violence au cours de la période précédant les élections de janvier 2010. Il y a d’une part des forces qui accentuent les divisions ethniques et religieuses, d’autre part, certainsi tentent de promouvoir le dialogue, la compréhension, la réconciliation et la non-violence.

La délégation a croisé de nombreux exemples d’initiatives de paix. Les efforts remarquables des chefs religieux de la ville pétrolière de Kirkouk lui ont permis de se rendre dans les mosquées chiites et sunnites et de rencontrer les responsables musulmans. A Dohouk, la délégation a découvert le programme de l’Ecole Internationale, mixte et interreligieuse de Monseigneur Rabban : celle-ci rassemble des musulmans, des chrétiens, des Yezidis et des Turkmènes, leur transmettant des valeurs humanistes et les introduisant aux droits de l’homme. Les dominicaines de Mossoul lui ont parlé de l’éducation à la paix qu’elles entreprennent dès l’école primaire. A Kirkouk des professionnels de la santé se dévouent aussi bien pour les musulmans que pour les chrétiens. A Erbil, la délégation a rencontré une organisation non gouvernementale irakienne, LaOnf, qui met en place un réseau pour la non violence.

Etant donné l’engagement intrinsèque de Pax Christi  pour la réconciliation et la non violence, ces initiatives ont particulièrement frappé la délégation, dans le contexte d’énorme tension que connaît le pays. Il y a eu d’ailleurs deux attentats à la bombe durant son séjour, et beaucoup des personnes rencontrées craignaient de se faire kidnapper.

Parmi les zones où la délégation a pu se rendre, le niveau de sécurité des provinces kurdes du Nord était bien meilleur que dans les provinces contestées de Mossoul et Kirkouk. Mais, même dans les provinces kurdes, on ne peut pas parler de sécurité physique et économique sur le long terme : les représentants des Nations .Unies. faisaient état de violations des droits de l’homme, surtout à l’égard des prisonniers politiques et des femmes. Dans cette zone demeurent 100.000 réfugiés et personnes déplacées (dans leur propre pays).

Les chrétiens et d’autres groupes minoritaires se sentent toujours menacés et souhaitent quitter le pays. C’est un souci majeur pour beaucoup de ceux qu’a rencontrés la délégation, car ils croient que la réconciliation est la voie à suivre et que la disparition de la communauté chrétienne, installée dans le pays depuis le 2e siècle serait pour l’Irak une tragédie. On a aussi dit à la délégation qu’il s’agissait d’un conflit politique et non pas religieux , la violence étant lié aux rapports de pouvoir … Les groupes minoritaires se trouvent devant le choix de s’engager dans la lutte pour le pouvoir ou de rester neutres, ou encore d’ œuvrer pour une société où chacun a sa place.

Enfin, beaucoup de personnes ont évoqué la destruction de l’infrastructure irakienne au cours de la première guerre du Golfe, infrastructure qui n’est toujours pas rétablie, ainsi que de l’impact des lourdes sanctions  qui ont longtemps pesé  sur les populations. Il a été dit aussi que l’invasion américaine de 2003 avait mis fin à la sécurité et créé de nombreux problèmes nouveaux pour les Irakiens. La délégation approuve le réseau non-violent qui refuse l’occupation et la guerre comme méthode d’établissement de la démocratie  et d’un état de droit, même si elles sont présentées comme la seule option possible.

Pax Christi International est infiniment reconnaissant tant aux évêques et aux communautés chrétiennes, qu’à la société civile de la région pour leur accueil chaleureux et leur merveilleuse hospitalité.. Pax Christi se sent engagé pour les objectifs qu’avait cette importante délégation en se rendant en Irak : manifester la solidarité avec le peuple irakien ; mieux comprendre la complexité de la situation vécue ; proposer des actions concrètes pour soutenir les efforts déployés par le peuple irakien pour la paix et la réconciliation dans son propre pays, et cela sur la base de ce qui a été vu et entendu.

Ce que veut faire Pax Christi International ::

  • informer la communauté internationale sur la situation en Irak et celle de ses minorités, ainsi que sur le travail de l’Eglise irakienne pour la paix et la réconciliation, y compris le témoignage de ses martyrs, Mgr Paulos Faraj Rahho, le père Rajeed, Paulos, et bien d’autres.
  • établir des partenariats entre les organisations membres de Pax Christi et les groupes irakiens.
  • explorer la possibilité de partager avec les institutions et les communautés intéresséesl’expertise de Pax Christi, ses ressources en matière de non violence active, de résolution des conflits, d’instauration de la paix, et aussi ses réponses à la radicalisation de la violence.
  • promouvoir la compréhension interreligieuse dans nos pays dÓccident, en invitant des responsables sunnites, chiites et chrétiens d’Irak.
  • plaider auprès de nos gouvernements pour qu’ils soutiennent les efforts de reconstruction en Irak.

Nous demandons instamment aux Eglises :

  • de renforcer leur rôle de trait d’union ;
  • d’envoyer des représentants de leurs conférences épiscopales en Irak afin de mieux   comprendre la situation ;
  • de promouvoir la réconciliation entre les différentes églises chrétiennes irakiennes ;
  • de soutenir les efforts de paix et de réconciliation en Irak ;
  • de prévenir et combattre tout développement d’un extrémisme chrétien ;

Nous demandons instamment à la communauté internationale :

  • de soutenir la reconstruction de l’Irak ;
  • de rechercher et poursuivre les crimes de guerre passés et présents ainsi que les graves violations des droits de l’homme d’où qu’elles émanent ;
  • de rétablir la confiance au sein de la communauté internationale et la primauté du droit international ;
  • de collaborer au développement d’un système régional de sécurité et de coopération au Moyen Orient.

Bruxelles, 17 septembre 2009

© Source : Pax Christi International

Menu